samedi 7 juin 2014

Concessions stylistiques et morphologie personnelle



Voilà deux looks que j'adule pour l'été.











Du blanc.

Du loose.

Facile à vivre.


Pourtant, pour me mettre en valeur, je devrais piocher dans les couleurs sombres, et l'ajusté.
Ce que j'ai fait en construisant ma garde-robe.

Sauf qu'en faisant le tour de ce que je possédais pour m'habiller, je me suis rendue compte que rien ne me faisait palpiter. C'est très fonctionnel, tout ou presque va avec tout, je peux le porter au travail et même en dehors. Je suis mise en valeur quand je le porte. 

Mais je me sens "pas tout à fait moi".

J'ai commencé à fouiner sur Pinterest, à collecter des images que je trouvais belles sans me dire aussitôt "ah mais non, cette coupe ne sera pas top sur moi" etc etc. Bref en ignorant ces freins que je me mettais. Et il est ressorti pas mal de looks comme les deux ci-dessus, majoritairement avec des couleurs claires et du loose.

J'ai essayé quelques tuniques en boutique. Trop large, je suis perdue dedans. Pareil pour certaines chemises.

Mon compromis, ça sera alors une chemise large oui, mais rentrée dans un short ou jean retroussé taille basse. Avec une grosse ceinture. Histoire d'attirer l'attention sur ce que je préfère chez moi.
Pour la tunique, peut-être une ceinture taille basse, sur les hanches.


Tout ceci reste à essayer en boutique pour voir. M'enfin c'est bon de (re)trouver.



Comment faire pour allier le style que l'on aime ET la mise en valeur personnelle? Est-ce que vous avez dû faire des compromis? Qu'est-ce que vous privilégiez?

2 commentaires:

  1. C'est une bonne question, je trouve que la balance est difficile à atteindre entre ce qu'on aime (mais qui ne rendrait pas pareil sur soi), ce qui nous va et nous flatte la silhouette, et ce dans quoi on se sent à l'aise, soi-même.

    C'est exactement le problème que j'ai eu il y a 3 ans quand j'ai complètement revu mon style: ce que je portais était très influencé par ce que je voulais paraître et ce que je pensais être flatteur, et pas du tout ce qui me faisait me sentir moi-même - par exemple je portais des talons hauts que je pensais être un must pour une fille de moins d'1m60, et pour avoir l'air plus "adulte".

    Finalement, je trouve que l'équilibre est dans l'expérimentation - il y a des looks (comme ton premier en haut avec le short et la chemise blanche) que j'admire de loin, je sais que c'est pas du tout flatteur pour ma silhouette et que je me sentirai mal dedans.

    Par contre, il y a des éléments caractéristiques dans lesquels je me sens "moi", comme les chaussures plates par exemple. Même si les talons me vont mieux parce qu'ils élancent la jambe, je sais maintenant que c'est une concession qui ne me correspond pas. Du coup j'ai expérimenté des tenues, des proportions avec des chaussures plates jusqu'à trouver des tenues dans lesquelles je me sens bien et qui flattent ma silhouette d'autres manières (par exemple un pantalon slim et un Tshirt un peu plus loose).

    Enfin c'est un peu abstrait tout ce commentaire là, je crois qu'au final, en tout cas personnellement, je le sens quand la tenue est une combinaison qui marche: un peu de "flatteur" pour me sentir bien, un peu de mes goûts à moi, et un peu de "je me sens moi-même". Une fois que je trouve une tenue comme ça, je réfléchis "à l'envers", je regarde les détails de la tenue pour essayer de trouver pourquoi elle marche bien, et en trouver d'autres qui allient style et morphologie.

    RépondreSupprimer
  2. " je sais maintenant que c'est une concession qui ne me correspond pas" : j'aime beaucoup ta notion d'essai/erreur, je crois que c'est fondamental quand on s'intéresse à son apparence et à comment se sentir à l'aise "avec" soi-même. Merci pour l'explication de ton parcours! C'est intéressant la notion du moi fantasmé (s’habiller selon ce que l'on veut paraître) mais je pense que cela ne peut vraiment tenir, on finit par se sentir étouffé. Je pense également à l'influence des "tendances" même sans être lectrice de magazines ou de blogs, il suffit de se rendre en boutique pour être envahie par tel ou tel look de la saison qui se ressemblent de plus en plus entre les enseignes. Au moins dans le pap, je trouve il y a une espèce d'uniformisation, à l'image du mac do que l'on peut manger à bordeaux ou istanbul. Et je trouve ça bien dommage : oppressée par ce qui nous entoure, ces images, il est difficile de se faire sa propre opinion de ce que l'on aime, de ce qui nous va... On en revient au minimalisme : mieux connaître ses besoins et prioriser ce que l'on veut porter parce que cela colle avec nous.

    RépondreSupprimer